mardi 17 juillet 2018

Bronzez malin, bronzez Souris Verte !


Episode n° 46 de la saga de …LA SOURIS VERTE
Mai-Juin 2018.





A  casa

Dans l’attente du lot de bois de bardage qui est un peu long à venir, Roger continue le montage de la terrasse adjacente à notre F3. Issam l’a aidé à monter l’échafaudage nécessaire. Issam n’est resté que 5 jours, pour son premier wwoofing, mais il est aussi bon en dessin qu’en cuisine, ce qui est le signe d’un bon wwoofer ! N’est-ce pas Romain… ?



A part la terrasse, Roger a fini de poser les éléments qui viennent sous le carrelage ou le plancher, à savoir : feuille aluminisée (anti-ondes), 2 isolants phoniques (les 2 verts), et un panneau hydrofuge pour la colle du carrelage (ou  lino). Il s’est fait complètement adopté par un couple de rouge-queue, qui avait choisi de nidifier sur une traverse haute. La première nichée a dû se faire embarquer par une fouine, car un matin, il n’y avait plus d’oiseaux à nourrir ! 4 nouveaux oisillons sont nés depuis.



Si on reste dans la faune, voici le plus long ver de terre jamais vu chez nous : (40 cm env.)



Au jardin
4 jardinières au jardin, c’est beaucoup d’eau pour l’arrosage, mais jusque-là, le remplissage hebdomadaire de la citerne de 12000 litres suffit à nos besoins, d’autant qu’un effort intensif de paillage a été apporté. Faucher, glaner, glaner aussi sur les bords de chemins, glaner à la déchetterie, de quoi adapter les paillages aux cultures : du bois déchiqueté pour les fraisiers–framboisiers, de la paille ou du foin sous les arbres, en alternance avec des stocks plus lourds de « mauvaises » herbes ; du gazon sec pour les semis, les plates-bandes… 




L’abricotier nous a donné peu de fruits cette année, donc assez gros ; on n’a presque pas  touché aux cerises, avec la pluie qui a pris un malin plaisir à nous les gâter ; les fraises ont été au rendez-vous, mais, mystère, les framboises sont riquiqui, malgré les pluies de printemps…Pas assez de paillage ?


Apparemment, le fait d’avoir enterré une gaine perforée sous la nouvelle parcelle, alimentée par le trop-plein continu de la petite citerne de 300l, contribue à l’épanouissement des potirons, maïs et tournesols.
En tout cas nous voyons de plus en plus de fleurs, les millepertuis étaient splendides, et les  scabieuses posent leurs teintes bleues violet sur les épis blonds et fauves. On attendra que tout ce foisonnement s’éteigne pour tondre ou faucher !

Voisinage
Nous sommes des personnes très occupées et pour l’instant nous ne nous croisons pas beaucoup, entre voisines et jardinières, mais toujours avec plaisir et échanges.
Quelques enfants ont investi le saule tombé pour une cabane.








dimanche 6 mai 2018

Sans s'fouler, tout se fait !


Episode n° 45 de la saga de …LA SOURIS VERTE
Mars-Avril 2018.



Molitg à son balcon

A  casa

Pas de grandes avancées ces 2 mois, Roger ayant du travail à l’extérieur. Néanmoins avec l’aide de Baptiste, quelques sédums ont été repiqués sur le grand toit ; comme il n’a pas plu au printemps 2017, la paille enfermée dans la terre n’a pas encore germé, mais elle commence. A noter qu’il semblerait plus facile aux graines de germer directement dans la pouzzolane que dans la terre. 

Les abords extérieurs ont connu quelques améliorations : d’abord l’extension du parking extérieur permet d’y garer 3 voitures ; puis une voile d’ombrage a remplacé la bâche de la caravane, dont l’accès a été rendu plus ouvert. Enfin, Claire-la-nouvelle-locataire, a entrepris d’aménager le talus situé entre le parking ext. et sa terrasse, et elle a commencé une bordure de piquets de saule joliment entrelacés.




Au jardin
Un nouveau morceau de jardin a été mis en culture, c’est-à-dire cartonné puis recouvert de compost de bois broyé, pailles et feuilles, où ont été plantés 7 plants de potiron bleu de Hongrie. Le paillage abrite les potirons du vent et leur procure de la chaleur.


Beaucoup de travail a été mené pour remplacer les paillis dégradés par le vent ou carrément compostés. Cela a nécessité quelques voyages à la déchèterie, qui nous a gâtés avec du paillis de fumier, des feuilles sèches, du gazon, du carton, du bois déchiqueté…
Baptiste, wwoofeur, s'initie à la protection du pied des pommiers.

Une lasagne est prête pour accueillir de jeunes arbres l’hiver prochain.


Au final le jardin est déjà (ou encore) productif, avec des radis, des salades, les premiers petits pois, encore quelques poireaux et carottes, de l’oignon vert… cette année il n’y a pas eu de problèmes pour la germination des semis de carottes (3 semaines).



Voisinage
Catherine et Zigrun ont investi leurs parcelles, avec quelques aménagements aussi utiles que décoratifs…

Bettina, en visite-surprise, a poursuivi la noble tâche d’égaliser le terrain sous la table du jardin.
Savez-vous que cet espace est disponible pour vos réunions familiales, entre amis ? si vous êtes adhérent !


PORTES OUVERTES du 8 avril
Il ne faisait pas beau, mais nous avons vu 7 personnes se succéder comme si elles s’étaient donné rendez-vous à la suite les unes des autres. Dont un jeune couple en recherche d’un habitat groupé, sans doute nous reverrons-nous, puisqu’ils habitent sur Vinça.


ASSEMBLEE GENERALE  le Samedi 21 avril 
Il n’y avait pas foule, mais tous les usagers du lieu étaient là, (les jardinières), la locataire a fait un saut au souper car elle travaillait, Valérie en fidèle supporteure apportait sa bonne humeur, et nous avons eu un couple de candides qui passaient par là, inconnus en recherche d’habitat groupé, intégrés illico presto à l’AG. Nous sommes quand même restés dans le vif du sujet. Pas de surprises pourtant souvent les AG en sont le cadre, mais une réunion amicale et bien animée.

Six adhésions sont enregistrées, il doit en rentrer deux encore, (demandez le bulletin en pièce jointe pour les retardataires !)
Quelques projets :
-        Une démo de montage de terrasse-lasagne
-        Un atelier murettes de pierres sèches
-        Un atelier déco-tricot du dôme ;
-        Un stage d’enduit en terre.
-        Une cabane à investir par les enfants dans un arbre tombé.

UN COUP DE POUCE
Votez pour ce projet utile et participatif.

UN COUP DE CHAPEAU
A Martina et Julien les wwoofers d’avril 2017, qui inaugurent leur blog de rando-wwoofing, avec des témoignages très intéressants ;





vendredi 13 avril 2018

Bonnes vibes pour démarrer l'année


Episode n° 44 de la saga de …LA SOURIS VERTE
Janvier-Février 2018.




A  casa
Tous les matins, le premier regard se porte vers le Col de Jau. Quel temps va-t-il faire ? tous les matins, le paysage est différent.

Les aménagements intérieurs se poursuivent, et plus février avance, plus les travaux extérieurs aussi. Roger a commencé par poser des plots pour fixer les montants doubles qui soutiendront les coursives, face Nord. Coursives qui sont bien pratiques pour gommer du dénivelé, aller à la buanderie, à partir du F3, et, pour le futur appart du dessus, y accéder facilement : jusque là on faisait tout à l’échelle.





Jean-Jacques est arrivé pile pour apporter le coup de main nécessaire à la pose des  montants, traverses, escalier de 4 marches en pas d’âne, lames de terrasse. Son œil avisé n’a pas mis des jours à constater que les chutes de bois du chantier sont éparpillées partout autour du bâtiment : aussitôt il a proposé de les regrouper. Cela a été un bonheur de discuter avec lui des divers aménagements pensés ; ce cerveau fertile nous propose des solutions, fait avancer la réflexion…Du coup, le démontage de la grue est devenu une nécessité urgente.

Sur la fin du mois, la location d’une minipelle a permis à Roger d’ouvrir quelques tranchées, pour alimenter électriquement les futurs garages, et la pompe de la citerne, si on en met une.   



Roger étudie les prix des divers fournisseurs pour la poursuite du bardage, il faudrait faire la face Sud avant qu’il ne fasse trop chaud.

A peine Jean-Jacques avait-il levé le pied que se présentaient Romain et Marion, repartis le 10 mars. Le rangement s’est poursuivi avec eux ; Romain et Roger ont disqué les bras de la grue. Les divers morceaux de ce qui en reste vont servir à bloquer l’extension du stationnement en bord de route.  Enfouis dans sol ils vont empêcher l’éboulement du talus à réaliser.


Marion a aidé à transporter et trier des branches de saule taillés chez une voisine, en différents éléments : brins, crayons (plants), et piquets. Une bonne partie est passée dans l’entourage du pied du cerisier.

Marion et Romain ont aussi aidé à terminer l’enduit Greb dans les parties hautes des murs du F5.
Leur présence a été un vrai bonheur ; nous avons partagé pleins de moments imprévus : la cuisine (nous avions affaire à des bons vivants), leur démarche artistique (Romain nous a arrangé un banc destiné à être enfoui dans le remblai, et nous a confectionné quelques graffs sur papier  pour un logo possible). Nous les avons emmenés danser à Gérone (bal trad), et aux cascades d’Estoher, où Marion avait passé plusieurs étés dans son adolescence. Claire les a invités plusieurs fois et leur a fait découvrir les sources thermales de St-Thomas.




Au jardin
Sur les conseils de Jean-Jacques, le dôme de branches de châtaigner a eu droit à un relifting ; une recherche sur le Bon Coin nous a permis de dégotter un voile de camouflage, qui présente mieux que les pièces de voile de drainage disposées jusqu’alors. Mais il est très peu couvrant, et nous pourrions peut-être confectionner à ce dôme un emballage au tricot et crochet…

La minipelle a poursuivi au jardin son travail ; déssouchage des chênes abattus en surnombre, de 2 pommiers malades, et ouverture d’une tranchée en Z où nous avons couché à 50 cm de profondeur, une gaine enveloppée d’un voile de drainage. Elle amène l’eau d’une citerne de récupération des eaux de pluie (absente hélas) et de trop-plein du canal (vide hélas), sur la partie haute du jardin où j’ai commencé à faire des plantations l’an dernier. Nous escomptons qu’une irrigation par capillarité en profondeur, faible en volume, mais régulière, pourrait alléger le travail d’arrosage.
Il a fallu ramer les petits pois, cueillir les derniers choux, préparer une planche pour des semis prochains, tailler les framboisiers, en repiquer, planter les boutures de saule, arroser les 3 feijoas et les 2 n,éfliers du Japon, qui ont des feuilles persistantes et donc qui peuvent avoir soif, même en hiver …

Voisinage
Claire est donc notre nouvelle voisine et se présente ainsi : « Poétesse à ses heures, jongleuse, clown et directrice de l’école du cirque de Baixas, et surtout extravagante bricoleuse ».
Claire est simple locataire. Nous espérons qu’elle va intégrer le projet et le faire sien.
Claire et Sigrun, de Baillanet, qui a un petit jardin à la Souris Verte, ont planté 2 figuiers.


Partenariats
Un nouvel emprunt de 3000 € a été contracté, ce qui nous permet d’envisager le bardage en toute sérénité.



ASSEMBLEE GENERALE de l’association
Samedi 7 avril  16 h au F3 – là où nous habitons maintenant.
Normalement réservée aux adhérents à jour de leur cotisation, mais vous pouvez toujours adhérer sur place.

PORTES OUVERTES
Dimanche 8 avril de 9 h 30 à 18 h !
Venez donc voir les évolutions du bâtiment et du jardin ! Apportez votre pique-nique, s’il fait beau on pourra manger en bas.

Ceci est le 72 ° compte-rendu adressé à nos sympathisants ! le  44° pour la Souris Verte, qui a repris la suite de Vert Chez Nous
Vert chez Nous étant la SCI propriétaire et responsable des éléments structurels du projet (fonds, terrains, aménagements fixes), et la Souris Verte est porteuse des éléments fonctionnels (dont notamment la mise à disposition des parties communes, la comm, la dynamique).
Justement, cette dynamique a besoin d’ouvrir le nombre de ses soutiens et bénéficiaires ; votre cotisation y participe également, son montant est libre, alors merci pour votre concours, adressé à Asso La Souris Verte, 31 bis Chemin Dép. 24 - 66500 Los Masos.



dimanche 11 mars 2018

Remue-ménage


Episode n° 43 de la saga de …LA SOURIS VERTE
Novembre-décembre 2017.


 A  casa
Grâce à Mila et Julien, et aussi à la météo, nous avons pu poursuivre quelques travaux de bardage extérieurs. Et, surtout, l’isolation en plafond de l’atelier, par la pose de panneaux placo, ce qui nous assure de ne pas trop prendre froid par-dessous, le F3 se situant juste au-dessus de l’atelier.
L’emménagement s’est fait au 30/11 et s’est poursuivi en décembre, En même temps qu’on débarrassait le F2, Claire –la-future-locataire entreposait ses affaires. Grosse fatigue, car je fais des heures supp' au bureau et en plus j’étais 3 jours en formation
Pour la crémaillère, on attend des jours meilleurs et quelques finitions. Notamment extérieures ; dans les derniers jours de décembre, la mairie nous a appelés pour nous dire que notre modification de permis était acceptée. Avec les 4 sous qu’il reste et les 4 premiers wwoofers 2018, l’état extérieur du bâtiment devrait s’améliorer.



Au jardin
Pour le coup le jardin est abandonné, mais il a quand même reçu les  semis d’arbres : 3 savonniers, 2 néfliers, et un plaqueminier de chez Burri. Comme il ne pleut presque pas, je garde mon eau de vaisselle pour eux et les feijoas. Les choux tsatoï aimeraient bien en avoir aussi.


Partenariat
Encore une fois les wwoofers nous ont surpris. Jeunes, mais déjà tellement savants, documentés, avec un passé passionnant... Mila vient de Berlin, elle a suivi une scolarité Waldorf (école Steiner), et je n'ai jamais vu quelqu'un s'adapter si bien dans une équipe : toujours là où il faut quand il faut. Et cette belle femme est pareille au moral : son rire léger et récurrent masque une sensibilité et une ouverture du coeur qui lui donne le geste et les mots justes. Quant à Julien, cet ancien compagnon charpentier du Tour de France mêle à ses propos ses petites mamies qu'il a laissées provisoirement dans son village d'Auvergne profonde chez qui il allait boire son café tous les matins...Grâce à ces deux-là, le placo dans l'atelier a pu être posé rapido et mieux encore que par les pros qui ont opéré dans le F3.



lundi 6 novembre 2017

Ben non c'est pas fini encore !

Episode n° 42 de la saga de …LA SOURIS VERTE
Septembre-Octobre 2017.



A  casa
Pratiquement tout est fini, manquent les plinthes, l’isolation des fenêtres par l’extérieur, un coup de peinture dans l’entrée, des volets roulants à poser…des petits détails pratiques ! et la chambre-bureau, avec l’entrée improvisée à fermer, le revêtement en jute idem.



Les raccordements de l’eau et de l’électricité permettraient qu’on s’installe dès aujourd’hui (après un sérieux ménage, quand même !), mais… il manque encore des étagères, des rangements.
Encore une belle personne nous a apporté un peu de son temps libre ! Beaux voyages à toi Linda, et n’oublie pas de passer reprendre ta veste verte !


Au jardin
14 litres d’eau au m², on est dans des normales saisonnières. Le beau temps permet aux tomates, aux haricots, aux poivrons,  de continuer à donner. Comme je n’arrive pas trop bien à savoir à quel moment cueillir les maïs, j’ai eu pas mal d’épis trop mûrs pour manger à la vapeur ; du coup j’ai essayé la lacto-fermentation, ça les garde bien, même s’ils sont trop durs à manger tels quels ; ils sont plus faciles à égrener, et après une petite cuisson, ça va.

Vie de l’association
La modification du permis de construire est en cours. C’était rendu nécessaire pour intégrer quelques changements, notamment l’emplacement des capteurs solaires sur le toit, qui offraient trop de prise eau vent. On va les caler sur le 1° toit, le plus bas, le long du 2°.
D’autre part nous avons voulu remplacer l’escalier menant au plus grand appartement, par une coursive le long du bâtiment. Ce sera moins raide pour les habitants.
Les Rencontres Régionales de l’Habitat Participatif, le 15/10 à Narbonne, ont permis de découvrir des projets plus ou moins réalisés très différents, depuis le projet citadin sur 2000 m² jusqu’aux grands domaines ruraux, des projets soutenus par l’Europe ou/et la région, différentes formes juridiques, différentes ambitions…Lien sur les compte-rendus de cette journée le mois prochain.
Ici le « Manifeste pour des politiques publiques en soutien à l’habitat participatif ». Il a été rédigé pendant les RRHP et signé par 88 personnes. Il faut maintenant récolter d’autres signatures. Vous pouvez imprimer ce texte et la liste pour le faire signer par votre entourage. Ensuite, il faudrait envoyer ces listes de signataires à l’association Lepic & Coll & Calm qui a pris l’initiative du manifeste. Il est également accessible par internet. Signez, faîtes signer et faîtes circuler. L’objectif se situe entre 2 et 3000 signataires d’ici la fin de l’année. Ensuite, chacun pourrait transmettre le manifeste à ces élus et plaider ainsi pour une plus forte mobilisation des collectivités.
https://www.change.org/p/pour-des-politiques-publiques-en-soutien-de-l-habitat-participatif-en-occitanie/
Le Hab-Fab de Montpellier propose un nouvel outil : Les cartes de Hab-Fab. Sur des zones de forte demande (Toulouse, Montpellier et Narbonne), ils ont créé des secteurs plus ou moins proche du centre. Après avoir créé un compte, chacun peut s’inscrire dans un plusieurs secteurs qui l’intéressent. Dès la 10ème inscription dans un secteur, ils vous proposent un rendez-vous à tous les inscrits. Un nouvel outil pour faire émerger de nouveaux groupes.
http://hab-fab.com/bourse-aux-projets/cartes/
Pour tous les groupes qui cherchent de nouveaux voisins ou un terrain, Hab-Fab met à disposition une notre bourse à projets avec des fiches ; il y a aussi la carte créée par la Coordin’action, le réseau national du mouvement en partenariat avec le mouvement Colibris.
http://www.habitatparticipatif.eu/cartographie-de-lhabitat-participatif-2017/
Nous sommes revenus avec l’idée de prendre rendez-vous avec eux pour voir les opportunités d’améliorer notre cadre juridique. Nous avons trouvé une possibilité de bail pour les futurs résidents ; une période de test pour apprendre à se connaître, pour intégrer le lieu, le projet, les personnes, à l’issue de laquelle  on opte ou non pour le bail en jouissance prévu.
Cela tombe bien, car nous avons une personne qui se porte preneuse du projet et de l’appartement au 1° janvier.


La question du mois

Nous avons récupéré de la laine de mouton, d’un matelas. Que pouvons-nous donc en faire ? Tenter l’isolation de certaines parties nord, à condition que l’endroit soit hermétique. Quoi d’autre ? au jardin ? en compost, mulch ? Merci de partager avec nous votre expérience.